mercredi, décembre 16, 2009

Mercredi 16 décembre, - 1°, J - 8

Traditionnellement, à Noël, je propose une liste de cadeaux. Là, j’ai un peu la flemme. Il fait froid, tellement que je mets 20 minutes à m’habiller le matin. J’aime pas l’hiver. Et puis je suis crevée, c’est décembre quoi, entre deux « rentrées » (« littéraire », « de janvier »), j’ai envie l’aller à la plage et de lire Elle en buvant de l’eau de coco. Passons… Voici quelques suggestions de lieux où trouver votre bonheur, d’objets, aussi, dans un joyeux bordel évocateur.

Pensées Classées, bien évidemment, à Bastoche, donc, 9 rue Jacques Cœur, Paname. Des livres, des disques, des DVD, un vrai joli libraire avec une moustache et une doudoune.

En parlant de doudoune, chez Uniqlo, 17 rue Scribe dans le IX e arrondissement à Paris ou dans le centre commercial Les 4 temps à La Défense, si vous arrivez à entrer, vous réussirez peut-être à acheter celle dont je rêve et qui n’est jamais disponible en XS… Ils ont une grande variété de vêtements pour les frimas, j’ai l’impression que ça va servir.

Exodisc, 70 rue du Mont Cenis dans le XVIIIe, l’un de mes spots d’achat de vinyle, pour trouver du Os Mutantes, les disques expé de Caetano Veloso, du jazz… Des perles, que des perles.

Je ne puis m’empêcher, en ces temps de fêtes propres à la murge, de faire de la pub pour mon caviste qui est le plus gentil caviste du monde et qui a le meilleur Sancerre de l’univers. Son champagne Jean-Pierre Secondé dit JPS – humour de fumeur – n’est pas mal non plus. Les Caves du Roy, 31 rue Simart, dans le XVIIIe arrondissement à Paris.

Le Tampographe Sardon : ben voui, évidemment. Profitez-en, il a kidnappé quelques nains du Père Noël et les fait travailler jour et nuit afin que vous puissiez offrir de jolis tampons à toute votre famille. Son atelier est 15 rue Clapeyron, dans le VIIIe arrondissement parisien, mazette. Le 01 77 12 73 68 n’est pas un numéro surtaxé, une blonde aux gros seins ne sera pas au bout du fil, mais un simple appel vous permettra de savoir si le Tampographe est bien dans son bunker lorsque vous souhaiterez y passer. J’oubliais, le Tampographe, c’est pas la Poste non plus. Alors, les encreurs, vous allez les acheter ailleurs. Par exemple, dans un office dépôt. Voici la liste des magasins parisiens.

Pouf ! Un insert girly parce que nous le valons bien : l’huile pour le corps Oliu di sole d’Imiza. Ça sent le maquis et ça pègue pas. Ça ne se trouve pas, non plus, sous les sabots des chevaux, donc vous pouvez l’acheter en ligne ou dans les points de ventes détaillés ici.

Le Comptoir des mots. Ah ! Le Comptoir des mots. 239 rue des Pyrénées, dans le XXe arrondissement de Paris, métro Gambetta. Qui n’est jamais allé au Comptoir des mots n’a pas vraiment vécu. Des livres, plein de livres, une horde de libraires gentils et compétents, ce sont mes supers héros. En plus, vous pouvez laisser votre enfant au rayon éponyme quelques minutes pour pouvoir acheter un livre coquin pour belle-maman pénard. Elle est pas belle la vie ?

Si, contrairement à moi, votre compte en banque est créditeur et même super créditeur – et même que vous avez un compte épargne et une Amex ! –, vous pouvez faire un tour chez Martin Margiela. C’est beau, c’est très beau, c’est 13 rue de Grenelle dans le VIIe arrondissement parisien. En plus, mon beauf’ a posé pour le catalogue, on est trop fiers. Il est très beau, mon beauf’.

La librairie L’Histoire de l’Œil à Marseille, parce qu’il n’y a pas que des Parisiens, pute vierge ! Une librairie, un café, un lieu d’expo, le tout 25 rue Fontange dans le VIe arrondissement marseillais.

Comme dirait Bernard Heidsieck, « Tout autour de Vaduz », il y a aussi des Bordelais… donc des canelés… donc des moules à canelés en cuivre ! Ceux de chez Baillardran sont assez parfaits. Certes, un cadeau intéressé si vous aimez les canelés, mais un cadeau quand même, hein ?

La première saison de True Blood, celle de Mad Men, l’intégrale de The Wire… vous pouvez les dénicher, par exemple dans les librairies + vente de DVD MK2 quai de Loire ou Bibliothèque François Mitterand dont je connais les libraires passionnées et compétentes… donc vous pouvez en profiter aussi pour acheter des livres ! (Message personnel : Bisous Sophie du MK2 quai de Loire ! Faut qu’on se fasse cette vidéo de lecture de Bessette, j’ai pas eu le temps d’y repenser… Résolution 2010 ?) J’ai mis des liens FNAC et Amazon sur les DVD pour bien vous montrer ce dont je parle mais à mon avis, ça n’arrivera jamais à temps pour Noël (hé ! hé ! hé !)

Une fragrance de chez Serge Lutens : « Un bois vanille », « Chergui », « Filles en aiguilles »… Tous les parfums ne se trouvent pas chez les distributeurs, il faut donc aller dans les Salons du Palais Royal Shiseido, 25 rue de Valois (à Paris), poor you. C’est à côté de chez Pierre Hardy, en plus, mais je m’égare. Vous pouvez aussi commander en ligne ici. En même temps, le Palais Royal sous la neige (oui oui, demain, il est censé neiger), un chocolat chaud au bar de l’Hôtel du Louvre… difficile de résister.

L’Atelier du XXe, 2 bis rue du Jourdain… ben dans le XXe… métro Jourdain. Toujours à Paname. Une librairie à fréquenter absolument. Un autre joli libraire moustachu (bon, pas moustachu sur la vidéo, ça a poussé depuis), version blond – la moustache semble se porter chez les libraires ces derniers temps ; une tendance 2010 ? Et puis à côté, ya la boulangerie qui fournit l’Élysée – ou alors c’était sous Chichi, ça fait longtemps que je n’ai pas acheté de pain là-bas… Enfin bref, allez y.

Une cartouche de Muratti – ça a l’air de rien, comme ça, mais c’est quand même un cadeau à 56 euros !

Le maxi Songs for the French d’Oxbow, ça s’impose. Sinon, le père Noël est vraiment une ordure. À défaut, si vous ne l’avez pas déjà, achetez ou faites-vous offrir The Narcotic Story – je crois que je l’ai déjà conseillé l’année passée. Eugeeeeeeeeeeeeene !

J’aime Nantes. Je me dis souvent que si je devais vivre ailleurs qu’à Paris, ce serait à Nantes. Ou à Bastia, bien sûr (pas frapper). Et à Nantes, il y a une des plus belles librairies du monde, qui s’appelle Vent d’Ouest, avec plein d’étages, plein de trouvailles… Essayez de ne pas vous endormir dans un coin avant la fermeture. Ce ne serait pas si grave, vous sauriez comment passer le temps… La librairie se trouve 5 Place du Bon Pasteur, à côté d’un fromager qui exhale des effluves de mozzarella fumé et de Mont d’Or… Mmmmm.

Un bijou Nanarella parce que c’est corse, donc c’est bien. Ce sont des espèces de mini totems à accrocher où l’on veut (chaîne, sac, bracelet…) Ça fait un peu touriste à mon goût – et puis moi j’ai la version originale 1900 de a manu di corallu, na ! – mais ça peut plaire.

À l’IGN, vous pouvez notamment trouver des globes terrestres lumineux. Ça ne veut peut être rien dire pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup. C’est la Terre, c’est bleu, ça luit dans la nuit. C’est pas pour vous donner mauvaise conscience avant que vous n’ingurgitiez des foies de bestioles gavées, que ça doit être super pas écolo friendly en plus d’être barbare, mais la Terre, on est en train de la bousiller. Sévère. On est une espèce de « disease » (cf. Matrix) pour elle. Je regrette les cultes païens où l’on célébrait la Terre Mère et surtout, on la respectait – c’est quand même plus rationnel qu’un nourrisson qui débarque sans pénétration. Enfin bon. Remplaçons les statuettes de Vierge par les globes terrestres, ça donnera peut-être envie de la protéger. En même temps, un globe terrestre lumineux consomme vraisemblablement de l’énergie. Aaaaaaahhhhhhh… Bon, OK, je trouve ça beau et je suis nulle en géo, donc, ça m’aide, ça vous va ? Pour la peine, je vais remater Wall-e. (L’IGN à Paris, 107 rue La Boétie, dans le VIIIe.)

N’importe quel livre conseillé par le joli libraire (non moustachu, c’est peut-être provisoire) Jérôme Dayre chez Atout Livre, un temple livresque de 270 m2 situé 203 bis avenue Daumesnil dans le XIIe arrondissement de Paris. (On raconte que les soirs de pleine lune, on peut voir passer Claro du côté de chez Atout Livre, en veste de cuir…)

The Conran Shop, un classique toujours apprécié. On peut notamment y acheter des gadgets Pantone que je prise particulièrement mais c’est sans doute une déformation professionnelle… (117 rue du Bac dans le VIIe arrondissement à Paris, près du Bon Marché).

Chez Souffle continu, 22 rue Gerbier dans le XIe arrondissement à Paris, il y a des disques de musique improvisée, d’expé, de noise, de rock indé…

4 commentaires:

gilda a dit…

Me voilà rassurée : je ne suis donc pas la seule à devoir m'équiper comme pour une expédition polaire dès que le thermomètre flirte avec le zéro.

Serge Lutens ? Dans le genre il vaut mieux avoir un compte très pas dans le rouge, ça se pose là, non ? J'ai le souvenir d'un flacon entrevu il y a quelques années - ma meilleure amie en rêvait - et qui valait un mois de mon salaire de cadre moyen d'alors.

Merci pour les adresses de librairies même si j'ai raté celle de Marseille à peu de choses près (j'y étais mercredi dernier)

Laure Limongi a dit…

Tu étais cadre moyen en Bulgarie ? Ou alors, ce n'étais pas un flacon de chez Lutens (c'est cher mais pas révoltant)... Ou bien une édition limitée dorée à la feuille...


You're welcome !

Clément Renucci (pour le blog sur le Petit Nicolas) et François-Xavier Renucci (pour le blog sur la littérature corse). a dit…

Belle perspective enneigée de la place Saint Nicolas..., merci.

Philippe De Jonckheere a dit…

Je confirme, chez le Tampongraphe, elle n'est pas blonde et elle n'a pas de gros roberts.

Amicalement

Phil