mardi, juillet 20, 2010

Rien n’aura eu lieu que La Baule

Ah, La Baule ! Grand moment de littérature et d’amitié qui restera dans nos mémoires ébaubies – comme dirait Mathieu Larnaudie. Et comme le projet de Brigitte et Bernard Martin – qui ont également créé et dirigent les éditions Joca Seria – n’est pas de conserver ces instants entre les jolies pierres du lieu mais bien de les partager, vous pouvez déjà consulter cette vidéo présentant quelques extraits :


Écrivains en bord de mer 2010 : jeudi 15/07/10
envoyé par jocaseria

D’autres seront bientôt mises en ligne ici.

J’y ai donc, entre autres choses, entendu Lola Lafon accompagnée des musiciens Olivier Lambert et Ivica Bogdanic, vu les Inculte en action, découvert le travail sonore de Philippe Adam, les livres de Pierre Senges – shame on me mais il n’est jamais trop tard, n’est-ce pas ? –, l’univers de l’écrivain mexicain David Toscana et qu’on pouvait boire de la bonne Tequila, etc.

Vous l’avez compris, le festival Écrivains en bord de mer, à La Baule, c’est un peu le paradis : une programmation cohérente, pensée par Brigitte et Bernard Martin, initiateurs et meneurs du festival, Bernard assurant la quasi totalité – cette année, Alain Nicolas, critique à L’Humanité, était également invité – des rencontres avec les écrivains, ce qui permet de prendre la mesure de son enthousiasme et de la logique esthétique du projet ; un lieu adéquat (la chapelle Sainte-Anne) et un accueil chaleureux ; un libraire engagé, Gérard Lambert – librairie Voix au chapitre à Saint-Nazaire ; un public attentif, curieux, fidèle, d’année en année, au festival.

Nous étions donc comme des tourteaux en plateaux – « coq en pâte » ne serait pas très baulois… et je suis sûre qu’Oliver Rohe appréciera cette adaptation iodée –, profitant, dans les interstices, de « la plus belle plage d’Europe » – je cite la dénomination locale : en tant que corse, je suis obligée de préciser que c’est une citation tout en reconnaissant que c’est presque aussi beau que Palombaggia ou plutôt que c’est aussi beau que Palombaggia mais pas pareil, vous voyez ?…

Et c’est enduite de Biafine que je clos ces quelques lignes sur des clichés de Baulois de quatre jours, heureux (photos Sabine Audrerie, Bernard Martin, bibi) :


{Les trois photos verticales de gauche, de haut en bas : brochure du festival, chapelle Sainte-Anne, Lola Lafon et Olivier Lambert ; les photos horizontales de gauche à droite et de haut en bas : Maylis de Kerangal, Hélène Gaudy & bibi, Julien d’Abrigeon, ombres de Sabine Audrerie et bibi, François Morice et Alice, Brigitte et Bernard Martin, Mathieu Larnaudie et Oliver Rohe, un plateau de fruits de mer (mmmmm), Mathieu Larnaudie et Oliver Rohe, bouleversés par l’océan, Alain Nicolas et Gérard Lambert, Julien d’Abrigeon et bibi, Caroline Psyroukis et Sabine Audrerie, Bernard Martin et Thierry Guichard, la rencontre Inculte : Maylis de Kerangal, Mathieu Larnaudie, Hélène Gaudy, Oliver Rohe (animée par Alain Nicolas et Bernard Martin), Oliver Rohe et bibi, Alain Nicolas et Pierre Senges, Oliver Lambert, Lola Lafon et Ivica Bogdanic, Mathieu Larnaudie, Maylis de Kerangal et Oliver Rohe, Philippe Adam, Brigitte Martin ; les trois photos verticales de droite, de haut en bas : Lola Lafon, Sabine Audrerie lisant Pas Billy the Kid de Julien d’Abrigeon, Bernard Martin et sa verveine.}

1 commentaire:

Cécile Delalandre a dit…

Tout cela est un jeu sérieux qui ne se prend pas au sérieux et qui est bien alléchant! une programmation en effet riche et semble-t-il une ambiance conviviale et agréable... j'attends la suite! *_*