samedi, janvier 05, 2008

Henri Chopin

Un peu hébétée par tant de disparitions que je n'arrive pas bien à imaginer réelles, je crois, j'apprends par Emmanuel Rabu la mort d'Henri Chopin, figure incontournable de la poésie sonore - le créateur, notamment, de la mythique revue Ou.
Beaucoup de choses à entendre sur le site d'Erratum et sur UbuWeb. Je rappelle, parmi ses récentes publications, le livre Graphe-machines, paru chez Ikko. D'autres références sur le site Libr-critique.



Photo Joachim Montessuis.

2 commentaires:

gmc a dit…

PORTE OUVERTE

La mort n'est réelle
Qu'en fonction des limites
Que se crée le cosmos
Plus le monde est petit
Plus la mort effraie
Plus exactement
Plus la peur est prégnante
Car de la mort
Personne ne sait rien
Dans la vallée des larmes

gilda a dit…

Tellement hébétée moi, que j'ai cru que j'avais ignoré son existence quand pour la première fois j'ai lu chez François Bon l'annonce de son décès.
Et puis j'ai lu et écouté ici ou là et puis je me suis rappelée, qu'en fait à un moment j'avais déjà un peu lu lui.
J'en ai marre d'une vie qui me laisse si peu de mon cerveau disponible.