dimanche, juin 15, 2008

« La vie, l’amour, la mort »

J’ai un ami qui a inscrit ces trois mots, avec les virgules, je crois, et peut-être même un point à la fin, je ne sais plus, sur ses reins, tatoués. C’est aussi l’une des phrases fétiches de Jean-Luc Moulène. Et, de façon, plus connue, un film de Lelouch. C’est aussi une chansons de Félix Leclerc que je ne connais pas. Ce sont trois mots que j’utilise beaucoup, tout le temps, dans cette chronologie là. C’est surtout, après (c’en est d'ailleurs la suite explicite) Un ABC de la barbarie, La vingt-trois mille deux cent vingt-septième nuit et God Bless America, un livre de Jacques-Henri Michot qu’il écrit depuis de nombreuses années et que les éditions Al Dante publient enfin :

« Page 43 : Vous … singulier (forme de politesse)

Nous mais vous vous rendez compte de votre comportement ? Vous êtes content de vous . Vous vous croyez plus intelligent que les autres ? Vous prenez les gens pour des cons, ou quoi ? Vous croyez vraiment à ce que vous dites ? Vous alignez absurdités sur absurdités. Vous n’avez pas les yeux en face des trous. Vous écrivez vraiment n’importe quoi. Vous êtes dans l’erreur jusqu’au cou. Vous êtes complètement à côté de la plaque. Vous filez un mauvais coton. Vous ne vous en tirerez pas à si bon compte. Vous trouverez à qui parler. Vous n’en faites qu’à votre tête. Vous n’avez pas la tête sur les épaules. Vous en faites, une tête ! Vous êtes un songe-creux, voilà ce que vous êtes ! Vous avez un mode de vie aberrant. Vous devriez pratiquer un sport d’équipe. Mais, au fond, vous méprisez vos semblables. Vous êtes à dix mille lieues de toute vraie solidarité. Vous ne cessez de bougonner dans votre coin. Vous n’allez jamais aux manifestations. Vous vous enfermez dans votre tour d’ivoire. Vous vivez sur une autre planète. Vous voudriez la lune, peut-être ? Vous avez tort de vous énerver. Vous manquez de patience. Vous manquez de bienveillance. Vous manquez d’indulgence. Vous entrez dans des fureurs noires pour un rien.Vous êtes prêts à rompre avec vos vieux copains pour une brouille. Vous n’êtes pas objectif. Vous êtes de mauvaise foi. Vous mélangez tout. Vous êtes intolérant. Vous êtes sectaire. Avouez-le, vous êtes nostalgique du totalitarisme maoïste. Vous n’avez pas le profil de l’an 2000. Vous demandez trop à la vie. Estimez-vous que l’égalité soit possible et souhaitable ? Ne vous faites pas d’illusion, surtout.

Situez-vous le suicide du côté du courage ou de la lâcheté ?
Vous l’imaginez comment votre mort ?

Vous n’avez pas répondu à ma question.

La poésie contemporaine, c’est quoi, pour vous ? »


la vie, l’amour, la mort, de Jacques-Henri Michot, al dante, 2008.
EAN : 9782847619898. Diff Hypérion, distr Sodis.

5 commentaires:

jérôme-david a dit…

"La vie l'amour la mort le vide et le vent" est aussi le titre du seul recueil publié du vivant de Roger Gilbert-Lecomte en 1933 je crois ; salut !

J-F Santoro a dit…

Excellent, merci pour l'aiguillage, je vais aller graver le titre sur les lunettes de mon libraire au plus vite.

Os_meus_rabiscos a dit…

Trois mots qui guident nos vies...

rougelarsenrose a dit…

Correction de l'auteur, Jacques-Henri Michot : "... Juste une précision : je n'écris pas la chose "depuis de nombreuses années" (J'aurais été foutrement inefficace s'il m'avait fallu autant de temps pour un si petit bouquin). Non, ce qui est indiqué à la première page correspond à la réalité. Depuis la publication d'extraits dans le recueil de 1998 L'Art dégénéré, j'avais laissé dormir ce texte. Et puis soudain, j'ai eu l'idée d'y revenir. Je l'ai modifié, mais seulement un peu..."

Camilla D a dit…

Grand livre. Grand écrivain.